Edition No 99
Mardi 11 Décembre 2018

Abonnement

Identification

Mot de passe oublié?
Edition No 99
Mardi 11 Décembre 2018

Abonnement


Pomy / District du Jura-Nord vaudois / Alphabet des communes
D’argent au pommier de sinople, mouvant d’un mont à trois coupeaux du même et fruité de six pièces de gueules.
Au Moyen Age, le territoire de Pomy relevait de plusieurs seigneurs, religieux et laïcs, parmi lesquels on peut citer des sires de Belmont et de Saint-Martin, avec le couvent de Montheron. Une chapelle dédiée à saint Georges y existait déjà en 1453, filiale de l’église d’Yverdon. En 1918, la commune a adopté des armes parlantes. Les six fruits du pommier représentent les six anciennes familles bourgeoises de l’endroit.
Syndic
Yves Pellaux
Municipaux Christian Pellaux
Yvan Débieux
Sandra Husmann
Patrick Grin
Roger Hug
Murielle Billaud
Secrétaire Nathalie Dupertuis
Boursière Christine Ledesma
Nom de la commune Pomy
Sobriquet des habitants Les Pomérans, « Les moî-moî »
Adresse + tél. + fax Place du Collège 1
Tél. 024 425 25 35 – Fax 024 425 25 05
Adresse e-mail administration@pomy.ch
Coordonnées géographique 541.175 / 179.050
District Jura-Nord vaudois
Arrondissement électoral Jura-Nord vaudois
Superficie + altitude 562 ha – 563 m
Communications, voies et moyens d’accès Axe routier Yverdon-Moudon
Bus PTT Yverdon-Moudon, Yverdon-Bercher
et Yverdon-La Gaîté (Champtauroz)
Nombre d’habitants 702
Nombre de ménages 267
Structure de la population Hommes : 260 – Femmes : 255 – Enfants : 187
Informations Journal communal annuel « Pom’info »
Site internet : www.pomy.ch
Taux d’imposition 71%
Syndic Pellaux Yves (depuis 2011)
Administration – Finances
Municipaux Pellaux Christian
Police des constructions – Urbanisme
Husmann Sandra
Ecole – Bâtiments
Hug Roger
Routes et chemins – Déchets – Eclairage public
Billaud Murielle
Affaires sociales – Grande salle – Tourisme
Débieux Yvan
Epuration – Eau – Services industriels
Grin Patrick
Forêts et domaines – Service du feu
Secrétaire municipale Dupertuis Nathalie
Boursière communale Ledesma Christine
Séance de la municipalité Lundi à 20h15
Conseil général 2 à 3 fois par année – Président Widmer Philippe
86 membres
Adresses utiles
Greffe
Heures d’ouverture
Mardi : 17h-19h
Jeudi : 9h-11h
Autres services communaux Bourse communale – Tél 024 425 25 07
Bureau ouvert le lundi de 9h à 11h Déchetterie ouverte le mardi et le jeudi de 18h à 19h et le samedi de 9h30 à 11h30
Registre foncier Yverdon-les-Bains
Etat civil Yverdon-les-Bains
Office du tourisme +
société de développement
Yverdon-les-Bains – Yvonand – ADNV
Poste de gendarmerie + tél. Yverdon-les-Bains – Tél. 024 557 62 21
Service du feu Grin Patrick, commandant
Paroisse Pomy – Gressy – Suchy
Manifestations communales Fête patriotique – Fête de la pomme
Soirée de gymnastique – Soirées/repas de la fanfare
Soirées théâtrales – Manifestations de la Jeunesse
Vente de paroisse – Expositions occasionnelles
du groupement des paysannes vaudoises
Sociétés locales Fanfare – Société de gymnastique
Société de Jeunesse – Troupe théâtrale – Société de tir – Groupement des paysannes vaudoises
De gauche à droite : Sandra Husmann, Yves Pellaux, Murielle Billaud, Roger Hug, Nathalie Dupertuis, Christian Pellaux, Patrick Grin, Christine Ledesma, Yvan Débieux.

Situation :

Pomy est situé sur le plateau et les collines dominant la plaine de l’Orbe, au-dessus de la ville d’Yverdon-les-Bains. Son territoire est adjacent à ceux des communes de Cuarny, Cronay, Yverdon-les-Bains, Valeyres-sous-Ursins et Ursins. Le village lui-même se trouve à 3,5 km d’Yverdon, c’est le premier sur la route conduisant à Moudon. Le territoire communal est d’une superficie de 562 ha, dont une centaine en forêts. Il comprend également le hameau de Chevressy qui surplombe le village et celui de Calamin en périphérie yverdonnoise. C’est sur le crêt de Chevressy, au lieu dit des « Hauts de Baume » que s’élève le point culminant de la commune, à 625 m. Les promeneurs y bénéficient d’une vue magnifique sur le lac de Neuchâtel, le Jura et les Alpes. Le point le plus bas, 460 m, se situe en « Calamin » vers l’hôtel-restaurant la « Maison Blanche », à la limite de la ville d’Yverdon-les-Bains. Entre deux, on trouve la ferme de « Frêtaz » et celle des « Vaux » qui, à l’époque des diligences, était un « relais routier » entre Yverdon-les-Bains et Valeyres-sous-Ursins. Il est à relever quelques jolis noms de quartiers : Liamont, le Moulinet, les Sauges, Prayeux, Plantalennaz, Clon, le Champ de Pins et Clos Ancel.

 

Un peu d’histoire :

L’archéologie nous apprend que les toutes premières habitations installées dans le vallon de Pomy et Cuarny datent de l’Age du Bronze. Bien plus tard, l’époque romaine laisse de nombreuses traces dans la commune. En effet, il existe encore, entre Ursins et Pomy, les vestiges d’une voie romaine. Des fouilles effectuées à la fin du XIXe siècle sur le lieu dit de l’« Etray » ont mis à jour des canalisations, des fondations, des dallages et de nombreuses poteries. De plus, en 1993, sur le tracé de l’autoroute A1 en construction, une équipe d’archéologues apporte des éclairages tout à fait nouveaux en ce qui concerne l’occupation de la région de l’Age du Bronze jusqu’au Haut Moyen Age. Un des éléments particulièrement intéressant est la découverte d’une conduite d’adduction d’eau datant de 115 av. J.-C. composée de tuyaux de mélèze et de raccords en chêne qui captait une source sur le coteau et alimentait la villa gallo-romaine de Pomy. Les sources qui alimentent actuellement la Commune de Pomy proviennent du même endroit.

Le village proprement dit est présent dès le XIe siècle, sous le nom de Pomierus. L’histoire indique qu’à cette époque, la région était couverte de pommiers qui poussaient à l’état sauvage dont les fruits étaient consommés seulement après le gel. Pomy tire donc son nom du mot « pommier ». Sur les armoiries figure un pommier avec six pommes qui représentent les six familles originaires de la commune : Cuche, Miéville, Ottonin, Pellaux, Pilloud et Vulliemin.

En 1177, l’évêque de Lausanne céda le village aux moines du couvent de Montheron. Ceux-ci, dès le début du XIIIe siècle, firent plusieurs acquisitions territoriales que le couvent conserva jusqu’à la réforme. Le village désormais nommé « Pomiers » fit partie de la seigneurie de Belmont, puis de la paroisse d’Yverdon. Une chapelle dédiée à saint Georges est édifiée à Pomiers en 1453.

Dès 1524 et pendant une longue période, un fief important du territoire appartient à la famille Manuel de Berne. A l’époque bernoise de 1536 à 1798, la commune se trouvait dans le baillage d’Yverdon. Le 22 juin 1682, Leurs Excellences achetèrent une maison du village afin d’en faire la cure et d’y installer un pasteur. Cette cure fut par la suite rachetée par la commune en 1747, et utilisée comme maison d’école pendant plus d’un siècle. Sur la façade de ce bâtiment subsiste encore une pierre sculptée aux armes de Leurs Excellences de Berne, en très bon état.

La nouvelle cure fut installée en bordure du village sur la route de Cronay, non loin de l’église. Construite par l’architecte Daniel-Henri Vaucher, cet édifice est d’une grande élégance, avec un style moderne pour l’époque. L’église actuelle fut bâtie en 1727. En 1869, on inaugura le nouveau collège en remplacement de la maison d’école. Ce collège n’est plus utilisé aujourd’hui et il est, depuis peu, réaffecté en logements. La commune s’est ensuite régulièrement développée, agrandissant son territoire et augmentant son nombre d’habitants. Au début du XXe siècle, les travaux d’adduction d’eau ont considérablement amélioré le confort des habitants.

 

Aujourd’hui

Pomy compte à ce jour 702 habitants, les pomérans, qui répondent également au sobriquet « les moî-moî». Les nombreuses associations locales, telles que les sociétés de gymnastique, de jeunesse, de fanfare, de tir, les troupes de théâtre amateurs, les paysannes vaudoises et l’amicale du four à pain animent la vie quotidienne des villageoises et villageois. Les autorités communales sont composées d’une municipalité de sept membres et d’un Conseil Général.

Pomy a le privilège d’être un village tranquille tout en étant à proximité de la ville avec ses facilités. Il se situe pratiquement au centre de la Suisse romande à 3 km d’une sortie d’autoroute. Par le train ou la route, Pomy se trouve à une heure de Berne ou de Genève et à 30 minutes de Lausanne, ce qui est un atout de développement très intéressant. La construction de villas et d’immeubles, la transformation des constructions existantes permettent d’accueillir chaque année de nouveaux habitants. Les grands travaux d’épuration des eaux et le renforcement du réseau d’eau potable sont bien avancés.

Le village fut considérablement aménagé au cours de ces dernières années, notamment grâce à la création d’un giratoire sur la route cantonale Yverdon-Moudon, d’une place centrale et l’agencement d’un bâtiment communal avec bureaux, salles de municipalité ainsi que deux appartements. L’arrivée du gaz naturel apporte une alternative énergétique plus écologique très appréciée des habitants.

Régulièrement des travaux d’amélioration des infrastructures sont réalisés. Mise en souterrain des lignes électriques, amélioration du réseau d’eau et d’épuration, extension du réseau de gaz, création de trottoirs et amélioration des conditions de circulation pour l’ensemble des usagers.

Nos élèves sont scolarisés dans l’Association scolaire intercommunale d’Yvonand et environs (ASIYE). La construction du nouveau collège de Pomy, inauguré en 2011 permet l’accueil de nos élèves jusqu’au cycle de transition, 5e et 6e années scolaires. Le secondaire est enseigné à Yvonand.

Pomy fait partie de la paroisse de Pomy-Gressy-Suchy avec les villages de Cronay, Cuarny, Ursins, Valeyres-sous-Ursins, Gressy, Belmont et Ependes, sous la houlette du pasteur Alexandre Mayor.

L’économie du village est active, elle offre près de 150 emplois dans les différents secteurs d’activité. La moitié des emplois sont occupés par des habitants de la commune. Naturellement l’agriculture y est bien présente, les terres cultivées sont réparties dans une quinzaine d’exploitations à temps plein ou partiel dont sept ont encore du bétail laitier, leur lait étant transformé en Gruyère AOC à la fromagerie locale. Plusieurs d’entre elles se lancent dans le commerce local de leurs productions respectives.

Différents commerces restent encore sur le territoire communal, l’hôtel-restaurant la « Maison Blanche » situé en Calamin, la fromagerie, dont les nouvelles caves ont été inaugurées en septembre dernier, transforme plus de 3 millions de kilos de lait provenant des producteurs du village et des environs. Son magasin propose toutes sortes de fromages et autres biens de consommation. Un service traiteur y est également actif.

Plusieurs entreprises sont implantées sur le territoire communal, activent dans les secteurs divers comme la construction, charpente, menuiserie, garage, une grande entreprise d’horticulture. Des plus petites œuvrent dans la peinture, la coiffure ou l’auto-école.

Pomy fait partie du périmètre AggloY, le grand projet de l’agglomération yverdonnoise. Ceci aura une grande importance dans le développement futur de la commune, l’offre en transports publics s’améliore continuellement, 45 paires de courses postales desservent le village à ce jour.

 

L’avenir

Pomy, village en marche vers le futur, et qui y croit. La révision de son plan général d’affectation des zones (PGA), entamée en début de législature, permettra une densification des constructions à l’intérieur du périmètre constructible. La réaffectation en logements par exemple, des volumes disponibles, que sont les anciennes fermes, ou tous autres locaux désaffectés, sera facilitée. La municipalité a montré l’exemple en transformant l’ancien collège en logements, répondant à une demande bien réelle. Dans le cadre de la révision du PGA et du projet AggloY, un plan de quartier sera étudié au lieu dit « Longemale ». Ce projet permettra là aussi d’offrir des logements ou des commerces, dans un cadre agréable entièrement desservit par les transports publics et la mobilité douce et, qui plus est, tout proche du centre-ville.

La sécurité routière sera améliorée par la création d’un giratoire à la croisée de la route de Valeyres-sous-Ursins, de la route de Moudon et du chemin de l’Aurore. La place d’arrêt des transports publics sera sécurisée à cet endroit. Les lignes de transports urbains (Travys) seront étendues jusqu’à Pomy. La mobilité douce ne sera pas en reste, une piste cyclable verra également le jour prochainement entre Pomy et Yverdon. Ces aménagements permettront une mobilité plus sécurisée, plus fluide et plus durable dans l’intérêt de tous.

Un projet de fusion avec les communes de Cronay, Cuarny, Ursins et Valeyres-sous-Ursins est également à l’ordre du jour. Les travaux des différents groupes de travail sont pratiquement à bout touchant. Le Copil (comité de pilotage) doit encore faire son rapport et la convention de fusion qui devra être soumise aux différents Conseils Généraux pour approbation avant votation par l’ensemble de la population des cinq villages. En cas d’acceptation par l’ensemble de la population, la nouvelle commune verrait le jour en 2015 déjà.

Un des soucis de la municipalité est le manque de commerces sur le territoire communal. Après la fermeture de la boulangerie il y a quelques années, s’en suivirent celle de la poste fin septembre 2012 et celle de l’auberge juste après . Pour le bien de nos citoyens et notamment pour les personnes âgées, la réouverture d’une épicerie par exemple serait la bienvenue, elle pourrait également servir de bureau de poste. La municipalité met tout en œuvre pour trouver des personnes intéressées.

Un village ne vit que grâce à l’ensemble de ses habitants, au dynamisme de chacun, entrepreneurs créant des places de travail, personnes dévouées dans les différentes sociétés locales, la paroisse ou les organes politiques de la commune. Pomy a la chance d’être habité par ces personnes toutes à la recherche de l’amélioration constante du cadre de vie de l’ensemble de la population.

Si l’avenir de Pomy est prometteur, bien sûr les soucis ne manqueront pas, l’intégration des nouveaux arrivants, la gestion de cette croissance relativement rapide ne sera pas simple. L’évolution croissante des reports de charges sociales cantonales feront également parties des soucis des autorités communales.