Edition No 75
Vendredi 18 Septembre 2020

Abonnement

Identification

Mot de passe oublié?
Edition No 75
Vendredi 18 Septembre 2020

Abonnement

Saint-Légier-La Chiésaz

De gueules à la croix tréflée de sinople bordée d’or.

Ces armoiries apparaissent dès l’Ancien Régime avec des variantes diverses. Un sceau communal, apposé sur quelques documents de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, montre une croix pleine. Une vieille enseigne d’auberge aurait porté une simple croix tréflée, source des armoiries actuelles. La bordure d’or de la croix, mentionnée en 1798, mais omise par la suite, a été définitivement rétablie en 1928.

Le nom

St-Légier tire son nom de Saint-Léger (Sanctus Leodegarus) qui fut évêque d’Autun, et martyr, au VIIème siècle, à qui était dédiée une chapelle aujourd’hui disparue, figurant dans le carticulaire de l’évêché de Lausanne, au début du 13e siècle encore. Des recherches ont été effectuées et des vestiges, sis au lieu-dit «sous la chapelle» (actuellement «chemin du Champ-aux-Lièvres») ont été mis à jour et sont datés d’une période allant du IXe au XIIe siècle. Un mémorial va d’ailleurs y être installé et une plaquette sera éditée à cette occasion.

On compte plus de 70 St-Léger en France, en Belgique et même en Italie et au Canada.

La Chiésaz ne vient pas de chiesa (église en italien), mais de casa (la maison en latin), transformé, en patois, en «Tzisa», aujourd’hui prononcé «La Chièze», avec la même racine que Chesalles ou Chesières: cela signifie «domaines ruraux». Le domaine de La Chiésaz aurait été constitué vers la fin du IXe siècle, dans le même temps que celui de St-Sulpice, en faveur du couvent bénédictin de Molesme, en Champagne.

L’histoire

Les origines de la commune sont lointaines.

Son territoire actuel date du 7 juin 1300, date à laquelle il a été cédé à la Maison de Savoie. Le Comte de Savoie érige alors cette nouvelle possession en baronnie, la baronnie de St-Légier – La Chiésaz.

Sous le régime bernois, la baronnie change souvent de mains. Les ducs et Louise de Savoie, les barons de Blonay et, enfin, Pierre-Philippe Cannac de Lyon, bourgeois de Vevey et Monsieur de St-Légier, son fils, de 1760 à 1798.

C’est le 24 avril 1799 que la Municipalité de St-Légier – La Chiésaz a tenu sa première séance, sous la présidence de son premier Syndic, Jean Daniel Antoine Guex. Vingt-sept syndics se sont ensuite succédés, avant le soussigné.

Un terrible incendie a détruit une grande partie du village en 1830. Un formidable élan de solidarité s’est manifesté à cette occasion et l’on vit accourir des pompes à incendie de tout le canton, voire même des cantons du Valais et de Fribourg. De très nombreux dons, provenant de tout le pays, ont soulagé les sinistrés et les sans-abris.

Autre fait marquant de la vie villageoise passée et qui a traversé les époques, les œuvres d’Alfred Béguin (1834 – 1906), peintre populaire qui vécut à St-Légier. Il reproduisait sur les murs des bâtisses, souvent de nuit, des scènes cocasses de la vie de tous les jours. Aujourd’hui encore, bon nombre de ces peintures sont encore visibles ou ont fait l’objet de restauration.

Il faut encore signaler l’église de La Chiésaz, dont la construction remonte au XIIe siècle, avec son plafond étoilé.

La géographie

En face d’un panorama exceptionnel, le territoire communal, d’une superficie de 1519 hectares, s’étend sur plusieurs paliers, depuis les hauts de Vevey jusqu’au sommet des Pléiades et même, plus en arrière, jusqu’à La Joux, en face du Lac des Joncs.

Plusieurs communes voisines jouxtent le territoire st-légerin, soit La Tour-de-Peilz (1 km de frontière commune), Vevey (2 km), Corsier-sur-Vevey (5,5 km), Châtel – St-Denis/FR (7 km) et enfin Blonay (10,5 km). Le point le plus bas de la commune se trouve dans les gorges de la Veveyse, à 427 mètres d’altitude et le plus haut à 1397 mètres d’altitude, au sommet de La Châ, dans le massif des Pléiades.

La partie inférieure de la commune voit principalement des quartiers de villas où se trouve, entre autre, le château d’Hauteville. Les abords de l’autoroute sont réservés aux activités commerciales, industrielles et sportives.

Un peu plus haut, le village s’étire tout au long de la route et de la ligne de chemin de fer menant à Blonay, avec de nombreux quartiers, telle une grappe de raisin. On y trouve quelques parcelles de vignes, dont la vigne communale, située à l’entrée du village.

L’agriculture est encore présente à St-Légier – La Chiésaz, les exploitations agricoles se trouvant plutôt sur la partie supérieure de la commune, de même que les forêts, représentant plus d’un tiers de la surface communale.

Aux Pléiades, en partenariat avec la commune voisine de Blonay, les installations de remontées mécaniques ont été remplacées et permettent la pratique du ski, alpin et nordique, en famille, dans un domaine skiable à dimension humaine.

La population, l’économie

et l’aménagement du territoire

La population a connu une constante augmentation au cours de ces deux derniers siècles:

1803 = 670 habitants, 1900 = 900 habitants, 1950 = 1’400 habitants, 1970 = 2’200 habitants, 1990 = 3’500 habitants, 2000 = 3’930 habitants, 2010 = 4’939 habitants, 2019 = 5’251 habitants (au 31.1.2.2019)

Elle est en majorité résidente et devrait atteindre les 5’500 habitants d’ici à la fin de l’année 2020, un important projet immobilier étant maintenant réalisé, avec plus de 130 appartements proposés en location.

Transports publics un lien

à 35 minutes du Chef-lieu

Notre commune profite d’une situation privilégiée, au cœur du nœud autoroutier N9 – N12, mettant les grandes villes romandes, voire Berne, à moins d’une heure de route. Pour rallier les grands axes ferroviaires, le chemin de fer de la ligne des Pléiades propose de très bonnes liaisons toutes les 15 minutes (aux heures de pointes) avec la gare CFF de Vevey.

Il suffit de 10 minutes pour rejoindre le cœur de Vevey et 35 minutes pour atteindre Lausanne!

La zone industrielle, quant à elle, est desservie par une ligne de bus, qui rallie ensuite Vevey.

Les entreprises, installées majoritairement dans la zone industrielle, proposent de nombreux postes de travail dans des secteurs variés allant du secteur automobile au secteur informatique. Des emplois sont aussi offerts par les diverses institutions, commerces de détail et administration.

St-Légier-La Chiésaz n’est pas une commune «dortoir» avec plus de 2000 personnes qui exercent une activité professionnelle sur le territoire communal, soit autant que le nombre de ménages qui illustre bien son emprunte économique dans l’agglomération Riviera.

Offre hôtelière de qualité

Depuis mi-février 2016, l’Hôtel Modern Times (4 étoiles), avec 136 chambres et un grill, propose une nouvelle offre attendue à proximité du musée Chaplin’s world!

L’auberge communale propose 6 chambres parfaitement adaptées au centre du village, alors que son restaurant fait partie d’une offre en matière de restauration d’un excellent niveau et se ne sont pas moins de 8 restaurants qui pourront vous accueillir, établissements régulièrement distingués par la presse spécialisée.

Le château d’Hauteville, rénové pour une nouvelle vocation

Au niveau de l’aménagement du territoire, de nombreux projets immobiliers importants voient le jour. Le nouveau quartier de Grandchamp (location) accueille plus de 250 habitants nouveaux habitants à côté de la gare.

Le château d’Hauteville a changé de propriétaire. C’est le fait marquant de notre commune qui peut enfin voir ce patrimoine rénové et réhabilité. Des travaux de l’ordre de 40 millions vont permettre d’accueillir une Université Américaine et une centaine d’étudiants en provenance des USA.

Parallèlement, le nouveau plan général d’affectation est en phase de réalisation.

La politique communale

Les investissements prévus

Le conseil communal compte 65 membres, élus selon le système proportionnel: il se réunit une dizaine de fois par année. Les partis traditionnels, ainsi qu’un groupement politique, y sont représentés. La municipalité est composée de 5 membres; elle tient séance tous les lundis matin.

Les enfants st-légerins sont scolarisés au sein de l’établissement primaire et secondaire de Blonay – St-Légier, qui regroupe plus de 1’300 élèves. Une extension de 14 nouvelles classes, 1 salle VD2 et une cantine ont vu le jour en 2015. Le coût final est de 21,5 millions au lieu des 25 millions votés par le conseil communal. Cette réalisation reste toutefois le plus gros investissement que la commune n’avait jamais consenti jusque-là.

Dans la même période un autre projet dédié aux enfants a été réalisé, il s’agit d’une crèche-garderie de 44 places.

L’administration communale emploie un peu plus de 60 collaborateurs, de manière complète ou partielle.

La commune dispose de ses propres sources et de son propre réseau de distribution de l’eau: elle en est fière! La collecte des eaux claires et usées est en grande partie réalisée en mode séparatif et d’importants travaux devraient encore se réaliser afin de permettre la remise à niveau des conduites de transport d’eau et des projets de turbinage sont à l’examen.

Des travaux de recherches de nouvelles ressources sont en cours (avec la collaboration de la commune voisine de Blonay) et devraient permettre à la commune de rester autonome, même avec l’augmentation de la population.

La «Traversée du Village» a été repensée pour apporter une meilleure qualité de vie aux riverains et permettre d’améliorer la mobilité douce. Les travaux devraient débuter cet été pour le premier secteur pour un montant de 2,8 millions. Les autres suivront, par étapes, selon les moyens de la commune et les opportunités.

Certains services ont été regroupés, sous la forme d’entité régionale (Police Riviera, protection civile) ou intercommunale (plateforme SDIS, agence d’assurances sociales). La commune est aussi fortement engagée dans des institutions régionales portant sur la culture, le sport, la promotion économique ou l’aménagement du territoire.

Avec un taux d’imposition de 68,5%, notre commune reste attractive.

Le budget annuel s’élève à environ CHF 35 millions.

Le 27 septembre (date initialement prévue le 17 mai, mais déplacée en raison du COVID-19), les citoyens des communes de Blonay et St-Légier se prononceront pour ou contre la fusion. Il s’agit de l’aboutissement de plusieurs années de travail avec la participation des conseillers communaux.

Après la signature de nombreuses conventions, une publication commune appelée «COMMune info» informe quelque 11’000 habitants et marque de manière tangible cette volonté des autorités politiques des deux communes de rester proches des citoyens et du tissu économique local, très important pour les deux entités.

Le Syndic A. Bovay

L'ESSENTIEL

Municipalité, de gauche à droite: Gérald Gygli, Thierry George, Alain Bovay (Syndic), Antoinette Siffert, Dominique Epp. Secrétaire municipal: Jacques Steiner. Chef du service des finances: Stéphane Roulet. Séance de la municipalité: lundi.

Conseil communal: 7 à 10 fois par année, 65 membres.

Adresses utiles: secrétariat municipal: Route des Deux-Villages 23. Heures d’ouverture: du lundi au vendredi de

8h à 12h et 13h30 à 16h.
Tél: 021 943 01 20. E-mail général: secretariat@st-légier.ch.Poste de gendarmerie: tél. 117.

Service du feu: tél. 118.

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Syndic: Alain Bovay

Nom commune: Saint-Légier-La Chiésaz

Sobriquet des habitants: Tyalo (du patois «tue-le»)

District: Riviera-Pays d’Enhaut

Surface: 1519 ha

Arrondissement électoral: Vevey

Nombre d’habitants: 5251

Nombre de ménages: 2079

Structure de la population: Hommes: 258, Femmes: 2670

Taux d’imposition: 68,5%

Paroisses: Blonay – St-Légier

Manifestations communales: Fête au village (une année sur deux), Fête nationale, cantine de Praz-Dagoud, une année sur deux, en rotation avec la commune de Blonay

Plus d’informations sur la commune: www.st-legier.ch