Edition No 64
Mardi 11 Aout 2020

Abonnement

Identification

Mot de passe oublié?
Edition No 64
Mardi 11 Aout 2020

Abonnement

Saint-Saphorin

Coupé d’argent et de gueules à la bande ondée de l’un à l’autre.

Bourg muni de portes, centre de l’une des quatre grandes paroisses de Lavaux, Saint-Saphorin vit rédiger ses coutumes en 1424 (plaict général). Une administration communale se développa dès le XVe siècle. Sous le régime bernois, il y eut un conseil et un rière-conseil. Les armoiries de l’ancienne grande communauté, qui demeura jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, apparaissent sur un sceau du XVIIe siècle et ont été conservées par la commune moderne.

Découvertes

Saint-Saphorin ne peut être dissocié de son histoire, lointaine au cœur de l’Europe, récente… au cœur de l’Europe. Dans cette Suisse carrefour des hommes, des biens, des services et des idées, l’ouverture est primordiale.

L’ouverture géographique est là, via le Lac, la plaine du Rhône et ses montagnes, la Savoie avec qui nous avons partagé un bout d’Histoire et nombre d’histoires humaines. L’ouverture économique, inévitable puisque la majorité de nos habitants développent leur activité à l’extérieur. De même, la majorité des biens et services produits sur la Commune partent vers d’autres cieux. Ouverture culturelle aussi, de par l’histoire des grands noms qui ont habité ce village, apportant nouvelles idées, nouvelles pensées, nouvelles visions. Ouverture culturelle à réinventer peut-être…

Si vous prenez le temps de parcourir notre commune, n’oubliez pas de visiter les ruelles du vieux bourg, ses passages étroits et sa vieille église. Remontant par le vignoble, au voisinage des superbes anciennes propriétés des moines ou des évêques, vous pourrez embrasser d’un regard plongeant le puzzle des toits du village. Passé au-delà de l’autoroute, l’esprit se laissera charmer par la douceur de vivre de Lignières et la beauté des paysages de pâturages et de cultures diverses. Et sûrement, de là-haut, vous aurez envie de redescendre embarquer sur un des bateaux de la CGN pour admirer ce paysage depuis le Lac.

Mais j’espère que vous saurez aussi prendre le temps du partage, partage amical d’un verre de vin des vignerons du village ou d’un plat simple ou plus raffiné dans l’un de nos restaurants.

Historique

Une pierre milliaire, la ruelle Romaine… plusieurs traces témoignent de la présence romaine sur les rives accueillantes du Lacus Lemanus. Habitées de différentes tribus d’origine celte, les contrées lémaniques seront peu à peu colonisées et intégrées à l’Empire Romain. À cette époque, Saint-Saphorin était nommé Glérula, ancêtre du nom actuel utilisé pour le Château de Glérolles.

Les Romains avaient déjà compris que la douceur du climat était propice à la culture de la vigne. Mais, plus guerriers que vaillants cultivateurs, ils n’exploitèrent que de rares terres faciles d’accès au bord du lac.

C’est au VIe siècle que l’évêque Marius fit construire la première église qu’il dédia à St-Symphorien. Le Moyen-âge vit arriver dans la paroisse des moines cisterciens, venus de Bourgogne pour défricher les coteaux inhospitaliers et les complanter en vignes. Le Domaine des Faverges, premières parcelles gagnées sur la nature hostile à Lavaux, naît en 1138. La présence des moines dépendants de l’Abbaye fribourgeoise de Hauterive influence passablement la vie politico-religieuse de la paroisse qui comprenait à l’époque aussi les villages de Rivaz, Chexbres, Le Monteiller, Publoz, Puidoux et Cremières. Malgré l’arrivée de la Réforme au début du XVIe siècle, l’église de Saint-Saphorin accueillera encore de nom-breuses années des messes catholiques.

Le bourg de Saint-Saphorin a, depuis le Moyen-Age, peu évolué dans sa structure. Bâties autour de l’église, ses maisons cossues, cachant passages mystérieux et caves fraîches, semblent veiller sur ce coin de lac. Sur les hauts de la commune, Lignières, hameau agricole, est devenu au fil des ans un charmant lieu de vie après avoir perdu sa vocation terrienne.

Saint-Saphorin a été le refuge de nombreux artistes: Paul Budry, Lélo Fiaux, Charles-Albert Cingria, Géa Augsbourg. Ils ont fait de ce lieu magique un petit centre culturel. Jusqu’à sa mort en 1982, Jean Villard-Gilles y habita une petite maison où il aimait recevoir ses amis, dont Jacques Brel avec lequel il partageait parfois… une partie de cave.

Aujourd’hui

Saint-Saphorin aujourd’hui est une commune de 384 habitants, répartis entre le bourg historique, le hameau de Lignières et les habitations au cœur du vignoble: Les Faverges, Ogoz et la route de Chardonne.

Si l’activité viticole reste primordiale, le nombre de caves actives a diminué au cours des trente dernières années. L’inscription de Lavaux au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2007 et le développement de l’œnotourisme devraient aider le secteur viticole à se développer pour garder sa place dans le monde des grands crus et des vins d’exception.

L’espace de dégustation «la Papille», chantre de la diversité du vignoble, un atelier d’artisanat, la place du Peuplier, lieu de rencontre entre amis et voisins, restent les lieux d’échange dans le bourg, ainsi que le Port et les deux plages bucoliques. Les deux restaurants du village, pintes à l’occasion et tables renommées, ne font pas mentir les gourmets qui prétendent que bon vin ne saurait se passer de bonne chère…

Saint-Saphorin… et demain?

Limité dans son extension par les lois de protection de Lavaux, Saint-Saphorin souhaite se développer durablement en termes d’accueil, de tourisme et de culture. La protection du site unique de Lavaux, le développement de la mobilité douce mais aussi les possibilités d’accès et de parcage et le bien-être des habitants et visiteurs restent des défis d’avenir pour les autorités communales.

Le soutien aux sociétés locales – Société de Sauvetage du Lac, Chœur Mixte, Ski Club, Association des Concerts – est une priorité pour la commune. La création de la Fondation Jean Villard-Gilles, qui a pour but de mettre en valeur l’œuvre et le patrimoine de Gilles, ainsi que le Festival Offenbach, témoignent aussi de la volonté d’allier culture et vie locale.

Vignoble communal

Le vignoble communal, Domaine de la St-Germandaz, est propriété de la commune depuis 1961. Il a une superficie de 12’000 m2 environ, planté pour les deux tiers en Chasselas et le tiers en Pinot Noir, Gamay et Merlot. Cultivé par deux vignerons-tâcherons réputés, dont un médaillé d’or à la dernière Fête des Vignerons, il produit des vins subtils et reconnus pour leur fraîcheur et leur terroir particulier.

L'ESSENTIEL

Municipalité, de gauche à droite: Mauro Contardo, Laurette Ruchonnet, Gilles Guex, Marianne Mühlethaler, Gérald Vallélian (syndic). Secrétaire municipale: Laurence Negro-Chochard. Boursier: Roger Stettler.
Séance de la municipalité:lundi soir.

Conseil communal: 30 membres.

Adresses utiles: Greffe: Ch. de l’Ancien Collège 6. Heures d’ouverture: jeudi de 17h à 19h.
Tél: 021 921 49 40.

E-mail général: commune@saint-saphorin.ch.Poste de gendarmerie: APOL, tél. 021 791 11 21.

Service du feu: SDIS Cœur-de-Lavaux.

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Syndic:

Gérard Vallélian

Nom commune:

Saint-Saphorin (Lavaux)

Sobriquet des habitants: Les Assassins, les Goths

District:Lavaux-Oron

Surface:90 ha

Arrondissement électoral:Lavaux-Oron

Nombre d’habitants: 384

Nombre de ménages: 182

Structure de la population:70 enfants et 314 adultes

Taux d’imposition: 72

Paroisses: Saint-Saphorin

Manifestations communales:Fête de Printemps, Fête des Vendanges, Fête de Noël

Sociétés locales:

Chœur mixte de Rivaz – Saint-Saphorin

Société de Sauvetage «La Vedette»

Fleurs Bleues – Les Aînés de Rivaz

et Saint-Saphorin

Association des concerts

de Saint-Saphorin

Société de développement de Chexbres, Puidoux, Rivaz

et Saint-Saphorin

Ski Club

La Saint-Saphorine