Edition No 41
Mardi 21 Mai 2019

Abonnement

Identification

Mot de passe oublié?
Edition No 41
Mardi 21 Mai 2019

Abonnement

Ogens, petite perle triangulaire

Parti de gueules et de sinople au bouc saillant d’argent brochant.

Après avoir fait une partie de l’antique seigneurie de Belmont-sur-Yverdon, Ogens passa par mariage dans la maison de Gruyère, puis fût cédé au Chapitre de Lausanne. En 1921, la commune adopta des armoiries qui devaient figurer sur une médaille offerte aux soldats mobilisés. Le champ est celui des armes de Moudon, chef-lieu du district et le bouc est l’emblème traditionnel de la localité.

Historique

Les premiers éléments historiques du territoire d’Ogens remontent au mésolithique. C’est en effet sur ce site que l’on a retrouvé un des plus anciens repères du canton, un petit grattoir de type azilien. Il a été dégagé d’un amas stratifié compact et l’analyse du bois brûlé a permis d’obtenir une datation, soit 6785 av J.-C.

Le nom d’Ogens est mentionné pour la première fois en 1166 dans un inventaire des biens du prieuré de Saint-Maire, à Lausanne, qui possédait une chapelle dans notre localité. Son nom proviendrait d’un notable burgonde, Ogo, propriétaire d’un grand domaine au Ve siècle.

Commune et village vaudois du district du Gros-de-Vaud, Ogens en 1166 et 1453, Ogeins, Oiens en 1227, Ogiens en 1412, nom d´origine burgonde, dériverait d´un primitif *Augingos, « chez les Augingi », dérivé du nom propre Augo, burgonde et germanique *augo, « oeil ».

Plus tard, Ogens a fait partie de la seigneurie de Belmont sur Yverdon et fut donné au Chapitre de Lausanne en 1227. En effet, le comte Rodolphe de Gruyère avait ravagé les terres du Chapitre à Albeuve et en avait été frappé d’excommunication. Le comte dû acheter la paix et sa réconciliation avec l’Eglise en donnant au Chapitre les terres qu’il possédait à Thierrens, à St-Cierges et à Ogens. Ogens fut réuni, dès lors, à la prébende et au mandement d’Essertines.

En 1353, apparaît le patronyme Amy et en 1422 les noms de famille Pahud et Riond, trois noms encore présents aujourd’hui sur le territoire communal.

Il y avait à Ogens une chapelle qui, en 1453, était filiale de l’église de St-Martin, de Thierrens.

Dès la fin du XVe siècle, un enseignement scolaire rudimentaire était dispensé à Ogens alors que le clergé de Thierrens donnait accès à des connaissances plus étendues. L’école d’Ogens ferma ses portes aux élèves en 1969.

Armoiries

Parti de gueules et de sinople au bouc saillant d’argent brochant ainsi se décrivent les armoiries de la commune d’Ogens en langage héraldique.

La Commune adopta ses armoiries en l’an 1921, lesquelles devaient figurer sur une médaille offerte aux soldats mobilisés. Le champ est celui des armes de Moudon, ancien chef-lieu du district de l’époque. Quant au bouc, il est l’emblème traditionnel de la localité. Les surnoms des habitants d’Ogens sont les Bocans ou les Tchivres, signifiant chèvre en patois vaudois.

Situation d’Ogens

La commune d’Ogens est sise à l’extrémité Nord du district du Gros-de-Vaud, lequel est constitué de 44 communes. Ce village, au caractère campagnard, se situe sur un plateau dominant la rive droite de la Menthue et la rive gauche de son affluent l’Augine, sur l’axe Echallens – Payerne et légèrement en retrait sur l’axe Yverdon-les-Bains – Moudon.

D’une superficie de 340 ha, le territoire communal se trouve à une altitude moyenne de 630 mètres.

Population

A la fin du XIXe siècle, la population d’Ogens était plus importante qu’aujourd’hui, notamment du fait de l’usine Nestlé à Bercher, qui s’occupait de la transformation du lait et qui avait créé de nombreux emplois dans la région. En 1980, le niveau le plus bas de la population a été atteint en raison de nombreux départs pour les villes. Aujourd’hui, le phénomène inverse se produit et le nombre d’habitants a à nouveau dépassé les 300. La population d’Ogens est composée d’une jeunesse importante puisqu’un tiers des habitants a moins de 20 ans.

Patrimoine

Selon l’Inventaire fédéral des sites construits à protéger en Suisse (ISOS), Ogens est un village d’importance nationale. Il convient donc d’en préserver les qualités patrimoniale et architecturale.

La commune accueille par ailleurs l’abri préhistorique de La Baume, inscrit comme bien culturel d’importance régionale.

Tout en tentant de maîtriser au mieux la part de plus en plus restreinte de son budget dont elle peut disposer encore librement, la Municipalité a à cœur d’entretenir son patrimoine immobilier. 

L’Eglise, bâtie en 1903, restaurée en 1976, a été rafraichie en 2017, de même que les façades du refuge forestier, qui surplombe le village d’Ogens en lisière de la forêt, dans le courant de l’année dernière.

L’affectation originale des locaux de la maison de commune, qui date de 1757, a elle été pour partie modifiée au cours de la présente législature. Ce bâtiment abritait à l’époque, entre autres, une laiterie dont les locaux étaient désaffectés depuis de nombreuses années. Afin de revaloriser ces lieux d’une part et offrir des espaces de qualité à l’administration communale et à l’accueil des citoyens d’autre part, il a été décidé de déplacer la salle de Municipalité, ainsi que le greffe et la bourse au rez-de-chaussée du bâtiment. Un local pour les archives a également été conçu à cette occasion afin de pouvoir dorénavant réunir en un seul lieu les documents communaux à conserver. La transformation de ce bâtiment s’est terminée au début de l’année 2018 à la satisfaction de tous.

La commune dispose également d’un ancien pressoir qui est utilisé pour récolter le jus des fruits locaux, notamment des pommes et des coings. L’Amicale des pompiers d’Ogens fabrique d’ailleurs ensuite sa fameuse raisinée sur un feu de bois.

L’ancien abattoir communal accueille lui actuellement la cuisine pour confectionner la choucroute traditionnelle organisée en début d’année par cette société locale.

Le bâtiment qui abritait l’école, puis la poste, est pour sa part loué à une entreprise régionale.

Activités

Aujourd’hui, la commune ne compte plus que quelques exploitations agricoles bien que plus du 60% de ses terres soient agricoles. L’activité de la population se développe principalement dans le secteur tertiaire. Ainsi, la plupart des habitants du village se déplacent pour exercer une activité lucrative à l’extérieur, principalement en direction de Lausanne et d’Yverdon-les-Bains.

De plus en plus d’activités artisanales et commerciales se développent néanmoins sur le territoire communal, ce qui permet de recréer une vie locale, favorisée par un mélange équilibré des familles installées là depuis plusieurs générations et de personnes venant de différents horizons.

La zone artisanale à l’entrée du village depuis Bercher qui appartenait à la commune a été récemment vendue et une importante construction va voir le jour très prochainement, ce qui devrait amener un développement certain d’activités à cet endroit.

La Jeunesse

« La jeunesse d’Ogens a été créée en 1921, aujourd’hui nous sommes avec Bioley-Magnoux qui devient la jeunesse de Bioley-Ogens. La jeunesse est composée de 18 membres actifs et nous sommes une société active qui sort souvent dans diverses manifestations. Nous sommes une jeunesse fédérée au sein de la FVJC (fédération vaudoise des jeunesses campagnardes). Nous participons activement à la vie des deux villages, nous organisons un tour de jeunesse et Pâques au printemps, ainsi qu’un souper au mois d’octobre, le Téléthon au mois de décembre et nous faisons Nouvel-an une année sur deux. Nous sommes tous des jeunes motivés que ce soit pour sortir le week-end ou pour organiser une manifestation au sein de Bioley-Magnoux ou d’Ogens. » propos de Jérémy Meystre, Président de la Jeunesse de Bioley-Ogens.

Collaborationintercommunale

Dans les cadres scolaire, forestier, de gestion des déchets et de protection incendie notamment, Ogens travaille avec d’autres communes – sous forme d’associations entre autres.

En matière d’eau potable, le village a la chance d’être alimenté depuis toujours par de l’eau de source exclusivement. Cependant, afin de pérenniser et améliorer son réseau d’eau, dont le réservoir date de plus d’un siècle, et répondre aux exigences légales concernant l’eau de secours, un important projet de liaison avec des réseaux d’eau avoisinants est en cours d’étude depuis plusieurs années. Récemment, l’eau potable de la commune a connu un problème de goût, sans jamais que la potabilité de l’eau ne soit mise en cause, qui a duré de longs mois et dont la cause a, après de vastes analyses, probablement pu être identifiée. Il s’agirait de molécules de produits phytosanitaires qui étaient utilisés dans l’agriculture, spécifiquement dans les cultures de maïs, qui s’infiltreraient dans les couches du terrain au fil des années. Le goût semble heureusement avoir disparu à ce jour.

Projets communaux

Favoriser le développement harmonieux du village, en préservant son caractère et le patrimoine communal, et en maintenant la qualité de vie villageoise, voici les préoccupations principales de la Municipalité qui guident la réalisation des projets communaux qu’elle mène.

Ogens est, comme la plupart des communes vaudoises, surdimensionnée. En 2016, la Municipalité a donc procédé aux premières démarches pour la révision de son Plan général d’affectation et a adopté une zone réservée sur l’ensemble de la zone à bâtir de la commune rendant la création de nouveaux logements interdite jusqu’à la fin du processus de révision. La Municipalité a en effet souhaité pouvoir traiter de manière équitable et avec une politique de développement cohérente les projets de construction qui lui seraient soumis vu l’évolution évidente que la commune a et va encore subir, compte tenu des restrictions posées par la législation sur ces aspects, ainsi que des contraintes au niveau des infrastructures communales.

Le nombre important de piétons cheminant sur les routes du village, principalement des enfants se rendant aux arrêts de bus, associé au nombre croissant de véhicules traversant la commune, a suscité au sein de la Municipalité une volonté de mener une réflexion sur les aspects de la sécurité routière dans le village. Malgré d’importantes contraintes telles que les transports publics ou encore les réglementations en matière de circulation routière et de handicap, le dossier est en phase finale d’examen préalable par les autorités cantonales.

Finalement et afin que le charme d’un petit village comme Ogens puisse être dans l’air du temps, une refonte complète de son site internet est en cours, ce qui en permettra un usage aisé avec les outils de communication actuels.

L'ESSENTIEL

Municipalité de gauche à droite : Riond Joël, Dauphin Muriel (syndique), Martin Claude-Alain, Carrard Fanny, de Goumoëns Renaud. Secrétaire communale : Forest Véronique.
Boursière: Beaufrère Caroline.
Séance de la municipalité:lundi 20h15. Conseil général : 57 membres.

Adresses utiles : Greffe: rue Principale 2, 1045 Ogens.
Heures d’ouverture: lundi 18h45-20h et jeudi 14h-16h30.
Tél: 021 887 75 85. E-mail général : commune@ogens.ch.Poste de gendarmerie: Moudon, tél. 021 557 97 21.
Service du feu: SDIS Haute-Broye, tél. 079 964 60 92.

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Syndique: Muriel Dauphin

Nom de la commune:Ogens

Sobriquet des habitants : Lè Bocans (les boucs)

District: Gros-de-Vaud

Surface: 340 ha

Arrondissement électoral:Echallens

Nombre d’habitants: 300

Nombre de ménages: 130

Taux d’imposition: 78

Paroisse: Plateau du Jorat

Manifestations communales:Raisinée – Omelette de Pâques – Choucroute – 1er août par les sociétés locales – Carnaval des enfants – Haloween et Noël par les habitantsdu village

Sociétés locales:

Jeunesse de Bioley-Magnoux et Ogens – Amicale des pompiers