Edition No 49
Mardi 19 Juin 2018

Abonnement

Identification

Mot de passe oublié?
Edition No 49
Mardi 19 Juin 2018

Abonnement


Chiffres de la mobilité
Les flux pendulaires font écho aux flux résidentiels

Sept personnes actives sur dix quittent leur commune de résidence pour se rendre sur leur lieu de travail. Cela représente aujourd’hui 232 000 personnes soit 33% de plus qu’en 2000.

Les migrations internes au canton s’orientent principalement des centres vers la périphérie.
Crédit photos: ARC - Jean-Bernard Sieber

Le fort dynamisme démographique qui caractérise le canton de Vaud entre 2000 et 2016 s’est traduit par un renforcement de l’étalement urbain. Alors que la migration depuis l’étranger alimente les centres urbains, les migrations internes au canton s’orientent principalement des centres vers la périphérie. À ces flux résidentiels font écho les flux de pendulaires, qui se dirigent le plus souvent de la périphérie vers les centres.

 

L’attrait de Lausanne et de la Riviera

Au cours de la période 2011-2016, le solde migratoire avec l’étranger s’élève à 37 100 personnes dans le canton. Plus de la moitié de ce flux net s’oriente vers l’agglomération lausannoise (20 300) et plus particulièrement vers la ville de Lausanne (9700). Les communes-centres de l’agglomération Vevey-Montreux constituent la deuxième destination la plus prisée du canton, avec 20% des arrivées nettes depuis l’étranger (7400 personnes). Au cours de cette même période, 253 500 personnes ont changé de commune de résidence tout en restant dans le canton. Parmi elles, 69% ont changé de région, le principal flux interrégional s’orientant du centre vers la périphérie (49%).

Où vont les pendulaires ?

À ces flux résidentiels font écho les flux de pendulaires. Avec 231 900 personnes qui quittent leur commune pour se rendre sur leur lieu de travail (moyenne 2012-2016), les pendulaires représentent désormais sept personnes actives sur dix. La grande majorité des pendulaires vaudois exercent leur activité professionnelle dans le canton (81%). Parmi ces 188 600 pendulaires, les trois quarts (143 200) quittent leur région de domicile pour se rendre d’abord vers une commune plus centrale (61%), puis vers une commune plus périphérique (27%) et enfin vers une commune de même catégorie (13%).

En élargissant l’analyse aux cantons limitrophes, on observe que les pendulaires en provenance de Fribourg et du Valais sont plus nombreux que les Vaudois qui s’y rendent, générant des soldes positifs respectifs de 9800 et 8700 actifs (moyenne 2012-2016). À l’inverse, les départs en direction du bout du lac étant bien plus élevés que les arrivées, le solde est largement négatif avec Genève (–17 000). Globalement, les arrivées des cantons voisins (40 800) compensent les départs (40 700). Si le solde de pendulaires est équilibré, les flux de travailleurs frontaliers (29 000) s’orientent presque exclusivement de la France vers la Suisse. 

Information complète dans l’édition 4-2018 de Numerus à commander à Statistique Vaud (info.stat@vd.ch ou par téléphone au 021 316 29 99).

Les pendulaires à se rendre en direction de Genève sont bien plus nombreux que ceux faisant le trajet inverse.
Crédit photos: Jean-Michel Zellweger