PCL - Leaderboard

Accueil de jour

L’État et la Fondation pour l’accueil de jour des enfants revalorisent l’accueil familial

25.06.2021 / FAO n° 51

Acteur fondamental du dispositif d’accueil de jour des enfants du canton, aux côtés des structures d’accueil collectif, l’accueil en milieu familial va pouvoir bénéficier de conditions-cadres améliorées, dès le 1er septembre 2021.

L’État et la Fondation pour l’accueil de jour des enfants revalorisent l’accueil familial
Autour de la conseillère d’Etat Nuria Gorrite, de g. à dr., Valérie Berset, cheffe de l’Office d’accueil de jour des enfants), le député Gérald Cretegny, président du Conseil de la Fondation pour l’accueil de jour des enfants (FAJE) et Sylvie Lacoste, secrétaire générale de la FAJE, lors de la conférence de presse.
Crédit photos: ARC - Sieber

Renforcer l’encadrement pédagogique dont bénéficient les AMF et améliorer leurs conditions de travail: tels sont, en substance, les objectifs des directives révisées pour l’accueil familial de jour des enfants, édictées par l’Office de l’accueil de jour des enfants (OAJE), ainsi que des nouvelles modalités de subventionnement de l’accueil en milieu familial décidées par la Fondation pour l’accueil de jour des enfants (FAJE). Ces nouveautés entreront en vigueur dès le 1er septembre prochain. L’ensemble des mesures présentées constituent en outre la réponse du Conseil d’État au postulat du député Philippe Randin (« Être accueillante en milieu familial ne doit pas relever du sacerdoce»).

L’offre d’accueil familial est stable et représente 3% environ de l’offre globale de ce secteur dans le canton. Depuis 2016, le nombre d’AMF en activité a cependant diminué de 9%, alors que le nombre d’heures d’accueil a, pour sa part, augmenté de 21%: ces éléments reflètent bien la transformation progressive de ce travail en une activité principale.

Les directives révisées qui entreront en vigueur cet automne mettent l’accent sur la dimension pédagogique du travail des coordinatrices et coordinateurs et induisent notamment un renforcement de l’encadrement des AMF: dès le 1er septembre, une coordinatrice ou un coordinateur exerçant à 100% aura la charge de superviser 50 AMF (ou lieu de 70 actuellement); à l’instar de l’accueil collectif, les directives prévoient dorénavant que les structures de coordination développent un projet pédagogique à l’intention des AMF ainsi que des procédures, avec l’objectif de renforcer tant la qualité que la sécurité de l’accueil. Les directives cantonales ont fait l’objet d’une large consultation auprès des partenaires concernés et ont reçu des avis très favorables.

Le renforcement du taux d’encadrement aura dès lors pour conséquence une hausse du subventionnement accordé aux communes et aux réseaux pour un total de huit équivalents temps plein. Le forfait administratif, financé également par la FAJE et destiné à décharger les structures de coordination des tâches administratives, suivra cette évolution. Cette augmentation représentera un total de 1,5 million de francs supplémentaires par an, dès le 1er septembre 2021.

La FAJE a par ailleurs décidé de remplacer le financement actuel de 30 centimes par heure d’accueil versé aux réseaux par un financement en fonction de la masse salariale des accueillantes, selon le principe qui prévaut pour l’accueil collectif. Dès le 1er janvier 2022, les réseaux toucheront 8% de la masse salariale des AMF, avec la demande, en contrepartie, de mettre en place des mesures visant à améliorer leurs conditions de travail. Ce nouveau financement représente également une augmentation de 1,5 million de francs par an en faveur des communes et des réseaux d’accueil. Dès 2022, le subventionnement de la FAJE en faveur de l’accueil familial s’élèvera à 9,5 millions par an (6,5 millions aujourd’hui).

Ces mesures constituent une première étape visant à apporter une amélioration substantielle des conditions d’encadrement et de travail des accueillantes et accueillants en milieu familial et feront l’objet d’une évaluation régulière. Il apparaît en effet essentiel que les familles vaudoises qui le souhaitent puissent continuer de bénéficier de ce type d’accueil en complément de l’accueil collectif.