Emil Frey - Leaderboard

Environnement

28 millions pour réduire les émissions de gaz de serre du secteur agricole

10.06.2022 / FAO n° 46

Le Conseil d’Etat sollicite auprès du Grand Conseil un crédit de 28 millions visant à financer les mesures d’impulsion du Plan climat dans le domaine d’action «agriculture». Le but est de réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur agricole tout en favorisant la production indigène et son adaptation aux changements climatiques.

28 millions pour réduire les émissions de gaz de serre du secteur agricole
Le Conseil d’État a identifié une série de mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur agricole, tout en favorisant la production indigène.
Crédit photos: Olympixel – Fotolia

Le Conseil d’État a identifié une série de mesures pour une première phase de mise en œuvre du Plan climat. Il a décidé d’intégrer le financement de ces mesures dans le budget d’investissement à hauteur de 173 millions de francs. La valorisation du potentiel de séquestration du CO2 dans les sols agricoles représente une mesure phare pour l’agriculture. D’autres actions privilégiant la réduction des émissions du secteur agricole et des initiatives permettant l’adaptation aux conséquences de l’évolution du climat sont prévues.

Huit actions prioritaires visant à favoriser la séquestration du carbone dans le sol, à réduire les émissions de gaz de serre dans l’agriculture et à accompagner les exploitants face au changement climatique sont proposées: améliorer la fertilité des sols ; diagnostic climatique des exploitations agricoles; adaptation du plan d’affouragement pour réduire les émissions des bovins; réduction de la consommation d’énergies fossiles; adaptations aux événements climatiques extrêmes (sécheresse, précipitations, etc.); soutien aux mesures innovantes; transition climatique; diagnostic climatique des alpages vaudois d’ici 2026.

Un projet intégré à la législature actuelle
Le Conseil d’État entend renforcer les moyens déjà engagés dans les politiques publiques de l’État qui s’inscrivent dans l’atteinte des objectifs climatiques. Le projet s’intègre parfaitement dans le Programme de Législature 2017-2022 qui stipule entre autres à son point 1.13: «Établir un plan climat cantonal, centré sur les mesures d’adaptation aux changements climatiques et de réduction des émissions de CO2» et à son point 2.7: «Contribuer à consolider et à diversifier l’agriculture».

Tourisme

Hôtellerie vaudoise:
fréquentation hivernale en hausse de 75%

Avec 978’100 nuitées enregistrées entre novembre 2021 et avril 2022, le bilan des hôteliers vaudois affiche une hausse (+75%) par rapport à l’hiver précédent.
Les hôtes suisses ont généré 63% des nuitées de la saison d’hiver 2022, alors que la clientèle étrangère a fait un retour (+193%).

Dans le canton de Vaud, la fréquentation de l’hiver 2022 a été supérieure de 75% à celle de l’hiver 2021. En comparaison avec la saison 2019, avant la pandémie, la fréquentation de l’hiver dernier a retrouvé 81% de son niveau d’avant-crise. Les Alpes vaudoises terminent la saison sur un bilan positif, car les nuitées ont égalé leur niveau de 2019. Pour la région lausannoise et Montreux-Riviera, la situation reste impactée par les conséquences de la crise sanitaire.

Sur le plan national, les nuitées ont progressé de 54% par rapport à l’hiver précédent, pour se situer à 87% de leur niveau d’avant-crise. Seules les régions du Tessin et des Grisons bouclent la saison sur une fréquentation supérieure à la période prépandémique. Dans les régions urbaines de Genève, Zurich et Bâle, le niveau des nuitées reste inférieur de plus de 30% à la saison 2019.

Des nuitées belges,britanniques et américaines
Alors que les arrivées de l’étranger ont été freinées par Omicron et les restrictions sanitaires, les touristes indigènes ont afflué dans les hôtels vaudois. Les hôtes suisses ont généré 63% des nuitées dans le canton au cours de l’hiver 2022, en hausse par rapport à 2021. Du côté des hôtes étrangers, la fréquentation a progressé par rapport à 2021, mais se situe à seulement 58% de son niveau prépandémique. Ce sont les Français, les Allemands et les Britanniques qui ont le plus fréquenté les hôtels vaudois. Absents l’hiver 2021, les hôtes de Belgique, du Royaume-Uni et des États-Unis ont effectué un retour cette saison, avec une fréquentation multipliée par six.

Interrogés à la fin de l’hiver, les trois quarts des hôteliers vaudois tablent sur une stabilisation de la situation par rapport à l’été dernier et 19% d’entre eux anticipent une amélioration.