PCL - Leaderboard

Echichens

construit pour l’avenir en prenant soin de ses équilibres
Issue de la fusion des villages de Colombier, Echichens, Monnaz et Saint-Saphorin-sur-Morges en 2011, la commune d’Echichens s’étend sur un vaste territoire stratégiquement situé dans le district de Morges.

Vue aérienne d’Echichens.

Écartelé d’argent et d’azur, à la grappe de raisin brochante, fruitée d’or, tigée et feuillée au naturel
Les armoiries de la commune d’Echichens ont été imaginées dans le cadre du processus de fusion. Elles reprennent les couleurs des quatre villages autour d’une grappe de raisin qui symbolise l’élément fédérateur de la fusion.

Traverser Echichens du nord au sud, c’est quitter du regard les collines verdoyantes du pied du Jura pour admirer la chaîne des Alpes et son Mont-Blanc majestueux, puis plonger dans les eaux du Lac Léman. Un territoire qui s’étend sur 1327 hectares composés d’un riche patrimoine bâti – en partie inscrit à l’inventaire fédéral des sites construits d’importance nationale à protéger en Suisse (ISOS) –, de forêts, de terres agricoles et de vignobles.

Cette production viticole, présente sur l’ensemble du territoire, a d’ailleurs inspiré les armoiries de la nouvelle commune d’Echichens formée le 1er juillet 2011, à la suite de la fusion des villages de Colombier, Echichens, Monnaz et Saint-Saphorin-sur-Morges. Héritières d’une tradition qui leur est propre, mais liées par les échanges qu’elles ont eus au cours de leur histoire, ces quatre localités sont aujourd’hui soudées par leur proximité géographique, les diverses manifestations qui les réunissent chaque année, mais également leurs projets, leurs infrastructures et leurs institutions communes.

Historique des quatre villages
La localité d’Echichens est, déjà à l’origine, le résultat d’un grand métissage. En effet, une villa romaine se trouvait à Joulens, autour de laquelle s’était développée une agglomération qui s’étendait jusqu’à la limite de Monnaz. Elle a ensuite été agrandie lors de l’arrivée des Burgondes qui se sont installés dans cette région, cohabitant avec les Helvéto-Romains. D’origine burgonde, le nom d’Echichens (Chichens, Eschichens Eschichien, Echichens…) est probablement une déformation du germain Kvikva, qui signifie «vif, rapide, hardi».

Bien plus tard, au 13e siècle, un village s’est formé au Signal (où se trouve le cimetière actuel) avec une église paroissiale dépendante du chapitre de Lausanne et affiliée aux chapelles de Monnaz et de Morges. Située au centre du village et distincte de Joulens, la maison forte d’Echichens, dont Pierre d’Echichens a été le premier à prendre le nom, relevait des sires de Cossonay. Par la suite, cette terre s’est divisée en plusieurs fiefs, qui ont vu défiler de nombreux seigneurs.

Mais il subsiste peu d’écrits relatant ce passé, car une grande partie des documents historiques a été brûlée par les Bourla-Papey lors de la révolte des paysans opposés au retour des anciens droits féodaux. En 1802, l’un de leurs principaux chefs, Louis Reymond, a rédigé et signé le manifeste de ce soulèvement campagnard à Saint-Saphorin. Au 13e siècle, les chevaliers de Saint-Saphorin prêtaient hommage aux seigneurs de Cossonay. Au début du 16e siècle, deux seigneuries coexistaient: celle des Saint-Saphorin et celle des Colombier.

D’abord appelé Colonberio en 987, Colomberium en 1005, puis Columbie en 1228, Colombier a été officialisé en 1911, par décision municipale.

La légende raconte que la bourgade a accueilli le mariage de la reine Berthe de Souabe et de Hugues d’Arles, roi d’Italie, en 938. Durant le Moyen Age, il faisait partie des terres de Vullierens qui relevaient de la baronnie de Cossonay. Du 13e au 16e siècle, la seigneurie appartenait à la famille de Colombier, dont le plus célèbre descendant, Henri de Colombier, a fait édifier le fameux château de Vufflens.

Quant au plus petit village de la commune actuelle d’Echichens, il est désigné pour la première fois dans les écrits en 1213, sous le terme de Muna.

Mais la Seigneurie de Monnaz – une appellation d’origine celte qui signifie «eau» – est réellement attestée dans les écrits à partir de 1453. Dépendante de celle de Montricher à la fin du Moyen-Âge, elle passe successivement entre les mains de Guillaume de Vuillermin, qui en fait l’acquisition en 1580, puis de la comtesse Henriette Golowkin, épouse de l’ambassadeur de Russie en Hollande. La Seigneurie qui englobe alors les villages de Monnaz et de Vaux est ensuite reprise par la famille des Mestral d’Arufflens, puis la famille bernoise Freudenreich, dont certains membres résident encore aujourd’hui au village.

Ils font partie des nombreux seigneurs et personnalités qui ont signé l’histoire des quatre villages. Parmi eux, citons François de Saint-Saphorin, chargé par le duc de Savoie de défendre Yverdon de l’invasion bernoise en 1536, ou le général François-Louis de Pesmes qui a commandé la flotte impériale du Danube et a joué un rôle diplomatique au début du 18e siècle pendant la guerre de Succession d’Espagne.

Saint-Saphorin compte aussi un conseiller fédéral: Marc Ruchet, né dans le village en 1853, ainsi que Georges de Mestral (1907-1990), le créateur du Velcro (acronyme de velours à crochet). Cette invention, dont il a déposé le brevet en 1951 et produite dans son usine Velcrotex à Aubonne, lui a été inspirée par les crochets du fruit de la bardane qui s’accrochait à son pantalon lors d’une partie de chasse. Et à l’heure actuelle, ce sont des personnalités du monde sportif qui font connaître le nom de la commune loin à la ronde. Pilote du BMX Club Echichens, Zoé Claessens figure ainsi parmi l’élite mondiale de sa discipline: double championne d’Europe et no 1 mondiale cet été, elle a été désignée meilleure sportive vaudoise en 2023.

Des investissements importants
La piste de bicross du club, qui organise régulièrement des compétitions d’envergure à Echichens, est située sur la zone sportive, scolaire et de loisirs de Bellicot et Grand-Record où s’entraîne également le FC Echichens. Ce site a été complètement repensé ces dernières années, avec la réalisation de plusieurs projets d’envergure pour la commune: la mise en service d’une nouvelle route de desserte et d’un parking situé à côté des terrains de foot, qui permettent de mieux accueillir les nombreuses manifestations qui ont lieu sur le site; la construction d’un nouveau collège et d’une salle pour le Conseil communal; la création d’une unité d’accueil pour les écoliers (UAPE) et la rénovation de la salle polyvalente.

Le toit de ce bâtiment a en outre été couvert de panneaux solaires destinés au développement d’un réseau d’autoconsommation de courant électrique écologique novateur. Cette installation alimente toutes les infrastructures du site, ainsi que la Fondation de l’École Pestalozzi, une institution établie sur la commune, qui a pour mission l’accueil et la protection des enfants.

Ces projets font partie des nombreux investissements réalisés par la commune depuis la fusion de 2011. Dans chaque village, les autorités s’étaient fixées comme but de rénover tous les bâtiments communaux par ordre de priorité. La Municipalité s’est engagée avec conviction dans la mise en œuvre d’un plan de renouvellement et de développement des infrastructures communales, en travaillant sur deux axes. D’une part, restaurer et réhabiliter les bâtiments historiques, avec la volonté de mettre en valeur les quartiers anciens, de promouvoir l’architecture locale et de créer un environnement attrayant pour celles et ceux qui y vivent. D’autre part, améliorer les routes, les réseaux d’eau et d’assainissement, les systèmes de transport public et les espaces publics.

Vie locale
Cette politique permet d’offrir à la population des infrastructures publiques de qualité, alors que le taux d’imposition communal est resté à un niveau compétitif de 66 points. En plus du complexe de Bellicot et Grand Record à Echichens, Colombier dispose ainsi, sur la zone dite du Pontet, d’un collège et d’une salle polyvalente dotée d’une scène de théâtre; ce complexe inauguré en 2014 est situé à côté des terrains de football où jouent des équipes du FC Pied du Jura et du FC Echichens.

C’est également sur ce site que se construit actuellement un nouveau bâtiment destiné à accueillir les services communaux de voirie. A cela, s’ajoutent des salles villageoises à Monnaz et Saint-Saphorin, ainsi qu’un refuge à Colombier: autant de lieux de rassemblement pour les habitants et les vingt-trois sociétés locales. Ces dernières – qui vont des troupes de théâtre aux clubs sportifs en passant par les sociétés de jeunesse ou les groupes culturels et d’animation – participent activement à la vie locale.

Un développement durable
Car Echichens cultive un esprit fédérateur au sein d’un territoire en mutation. Après avoir connu une solide croissance démographique, notamment liée à la création du quartier de Grassiaz et ses plus de 400 nouveaux habitants, la commune a été contrainte de freiner son développement dans le cadre des lois sur l’aménagement du territoire et du nouveau Plan d’affectation communal en cours d’élaboration. Ce document de planification, qui permet également d’uniformiser les règles de constructions des quatre villages, a été mis à l’enquête publique en 2023 et sera prochainement soumis au Conseil communal.

En parallèle, la commune est engagée dans un Plan énergie et climat communal (PECC), en partenariat avec l’association Région Morges; elle a ainsi défini, en coordination avec les communes voisines, une stratégie, des objectifs chiffrés et des échéances en matière de réduction des émissions de CO2, ainsi que les moyens d’y parvenir. Avec cette démarche, la Municipalité entend maintenir un haut niveau de prestations, continuer à prendre soin du patrimoine communal et répondre aux défis futurs dans une perspective durable.

Quatre villages et autant de châteaux
Le «quadruple» passé de la commune se reflète dans l’architecture villageoise, qui compte également quatre châteaux. Celui de Monnaz, dont l’origine remonte sans doute au 14e siècle, présente des structures datant vraisemblablement du 17e siècle, en partie transformées au 18e siècle et au 19e siècle. Il est actuellement en rénovation.

À Colombier, le premier château a disparu. Le deuxième a été édifié vers 1500 par Jean Donat de Colombier, avant d’être remanié aux 17e et 18e siècles.

De la construction d’origine, perdurent une partie de l’enceinte et la tour heptagonale de l’escalier, un joyau architectural. À l’intérieur, les restes d’une fresque représentant un pape avec sa tiare sont encore visibles. Il s’agit vraisemblablement d’Amédée VIII de Savoie, élu en 1439 sous le nom de Félix V, et dont Henri de Colombier fut l’ami et le conseiller.

À Echichens s’élèvent deux châteaux contigus et deux de leurs anciennes dépendances: l’ancien bâtiment de la Fondation Silo, siège d’un EMS, et la «Ferme communale», qui abrite aujourd’hui l’administration communale.

Le quatrième château, celui de Saint-Saphorin, se tient au sommet d’une éminence. L’histoire raconte qu’au 16e siècle, l’édifice a été divisé en deux coseigneuries, ce qui explique la présence de deux tours. Vers 1725, François-Louis de Pesmes fit rebâtir le château selon le modèle de celui de Vullierens à quelques kilomètres de là.

Administration communale.

Municipalité de gauche à droite: André Augsburger, Giuseppe Biancaniello, Philippe Jobin (Syndic), Jacqueline Botteron et Oscar Cherbuin.

Eglise de Monnaz.

L'ESSENTIEL

Secrétaire municipale: Laure Pingoud

Boursière: Anouk Christinet

Séance de la municipalité: lundi 16h

Conseil communal: 50 conseillers

 

ADRESSES UTILES

Greffe: Route du Village 16
CP 61, 1112 Echichens

Heures d’ouverture:
lundi au vendredi de 7h45 à 10h
et de 14h30 à 17h.
Jeudi de 7h45 à 10h
et de 14h30 à 19h

021 811 22 02 – greffe@echichens.ch

Poste de gendarmerie:
021 557 90 21

Service du feu: 118

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Syndic: Philippe Jobin

Nom commune: Echichens

Sobriquet des habitants:
Les Echichanais(es)

District: Morges

Surface: 1327 ha

Arrondissement électoral:
La Côte

Localité(s) groupée(s) dans la même commune (lors de fusion):
Colombier, Echichens, Monnaz,
St-Saphorin-sur-Morges

Ville(s) jumelle(s):
Saint-Fiacre-sur-Maine (F)

Nombre d’habitants: 3227

Nombre de ménages: 1295

Taux d’imposition: 66

Paroisse:
Paroisse de Morges-Echichens

Manifestations communales:
1er août/ Sortie des aînés/ Accueil des nouveaux habitants et nouveaux citoyens / Soirée des jeunes citoyens/ Chantée de Noël

Sociétés locales:
Retrouvez toutes les sociétés sur:
www.echichens.ch/societesclubs

Emil Frey - rectangle