Jongny

Jongny

D’azur à la cloche accompagnée en chef de deux étoiles et en pointe d’un cœur, le tout d’argent.

Jongny fit des siècles durant partie de la grande paroisse de Corsier. Avant la Réformation, il s’y trouvait déjà une chapelle, dédiée à saint Laurent et pourvue d’une cloche datant de 1504. Les armoiries communales, adoptées en 1924, ont repris le cœur et les étoiles des armoiries de Corsier. Ces meubles entourent la cloche de l’ancienne chapelle, actuellement au collège de Jongny.

Géographie

Située sur le flanc sud-est du Mont-Pèlerin, parfois appelée « le balcon du Léman » par la grâce des paysages que l’on peut admirer, Jongny constitue l’une des 14 communes faisant partie de Lavaux, site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2007. En forme de jambon, le territoire communal s’étend sur 216 hectares. Sa frontière, parfois naturelle (la Bergère), est le plus souvent bornée. Jongny est délimitée au nord-est par Attalens (canton de Fribourg), au sud-est par Corsier et à l’ouest par Chardonne. Endroit paisible entre lac, vignes et forêts, le village est proche de toutes les commodités souhaitées et bénéficie d’une riche offre d’activités culturelles, artistiques, sportives au sein des dix communes de la Riviera.

Armoiries

Les armoiries communales adoptées en 1924, reprenant la cloche historique accompagnée du cœur et des étoiles de l’ancienne paroisse de Corsier, se décrivent comme suit : « D’azur à la cloche accompagnée en chef de deux étoiles et en pointe d’un cœur, le tout d’argent ».

Histoire

Dès l’époque romaine, Jongny est un lieu de passage entre la vallée du Rhône et Aventicum. Une installation agricole, dont le propriétaire s’appelait Juvenius ou Gallenius, existait sur les terres de la commune actuelle. Le nom de Jongny signifierait alors le « domaine de Gallenius », mais c’est après les invasions barbares que les premières mentions de Jongny apparaissent sous différents vocables : Jaunie, Jalnie, Galniei puis Jongnye en 1373. A l’époque du Saint-Empire romain-germanique, l’évêque de Lausanne règne sur la région de «La Vaux» qui s’étend de Lausanne à Vevey. Les habitants de la petite communauté locale relèvent alors de l’Eglise, non seulement sur le plan spirituel mais temporel aussi, et cette relation perdurera jusqu’à l’arrivée des Bernois en 1536. De la chapelle dédiée à saint Laurent, encore en activité au début du XIVe, ne subsiste aujourd’hui que la cloche, classée monument historique, qui sonne encore du haut du clocher de l’ancien collège. Sous le régime bernois, les familles Taverney, Cupelin, Demontet, Dupont, Forestier et Butticaz firent l’acquisition de la bourgeoisie de Jongny. En 1750, il ressort de l’enquête confiée au pasteur que Jongny compte 23 feux, totalisant 110 personnes et que les conditions de vie s’avèrent très difficiles. L’autorité communale, exercée par quelques citoyens propriétaires, se renouvelle par cooptation. A la fin du régime bernois, en 1798, Jongny compte environ 150 individus. Tous tirent leur revenu de l’agriculture, à l’exception d’un tuilier et d’un médecin. Dès 1799, une Municipalité est mise en place à Jongny. Le procès-verbal de l’installation du Conseil général, le 21 août 1803, nous apprend que le citoyen Jean François Louis Taverney a été élu syndic. Le Conseil général, fort de 15 membres, se maintiendra en place jusqu’en 1892, année d’élection du premier Conseil communal. En 1804, les communes de Chardonne et Jongny demandent le partage des biens paroissiaux qui sont mal exploités. En 1816, une convention est signée entre les quatre communes. Conséquence de cette dislocation, une cinquantaine de personnes optent pour la bourgeoisie de Jongny: les familles Chaubert, Chaudet, Chollet, Leubaz, Richard, Gürtner. Après la dislocation de la paroisse de Corsier, d’autres problèmes agitent les esprits à Jongny qui, à l’instar de Chardonne, se trouve isolée par manque de voies de communication. En réponse à leur requête, les autorités vaudoises construiront en 1842 la route Vevey–Châtel-St-Denis. Par contre, en 1912, un projet de chemin de fer Vevey–Bulle–Thoune, qui aurait dû emprunter le territoire communal, ne sera jamais réalisé et la vie quotidienne ne change guère. Les travaux de la terre restent encore largement dominants. Les champs cultivés diminuent au profit des prés. La vigne maintient sa superficie autour des 4 hectares. Aux activités agricoles et artisanales s’ajoutent la construction des voies de communication et des établissements hôteliers. Le progrès matériel s’exprime par l’installation de l’éclairage public et par la construction d’un nouveau collège en 1893. Celui-ci comprend deux salles d’école, une salle de gymnastique, une salle communale, deux appartements pour les enseignants, des caves et des vastes galetas pour stocker le bois de chauffage. La population compte environ 300 habitants. En 1892, le premier Conseil communal, fort de 45 membres est installé. L’arrivée du suffrage féminin et l’augmentation de la population permettront l’élection d’un Conseil fort de 50 membres dès la législature 1990-93. Si, en 1900, Jongny ne comptait encore que 300 habitants, la population va rapidement passer le cap des 1000 âmes dans la seconde moitié du siècle passé. Dès le début des années 1970, de nouveaux quartiers se construisent en effet, au Petit Maconnaix, En Faug, à la Perrette, en Cherpenau ou au Laviau. Signe de modernité, les chemins sont baptisés en gardant naturellement les appellations existantes, puis les maisons numérotées. Pendant plusieurs années, la restauration des chemins communaux, le développement des réseaux d’eau et d’égouts, d’électricité et de gaz nécessitent d’importants investissements financiers pour répondre à la pression démographique. L’administration communale, qui s’exerçait aux domiciles des préposés (greffe, bourse, assurances sociales), est regroupée en 1980 dans le bâtiment des Rosiers acquis par la commune à cet effet. Elle s’installera définitivement en 1996 dans ses locaux actuels. La population, qui souhaitait pouvoir disposer d’une salle polyvalente, devra cependant accorder la priorité à la construction d’un deuxième collège en 1984 pour répondre à l’afflux de nouveaux élèves. Et ce n’est qu’en 1988 qu’une salle de spectacle avec un abri de protection civile et un local du feu seront inaugurés. Avec la réalisation des ultimes plans de quartier, tels ceux de Praz-de-Crêt, Sur Jongny ou En Faug II, la population de Jongny devrait atteindre et dépasser le cap des 2200 habitants à l’horizon 2025.

Une banlieue recherchée et un site construit qui garde du cachet

Sur le coteau, à quelque 600 m d’altitude, des quartiers entiers de villas ont remplacé les vastes et nombreuses prairies d’autrefois et les agriculteurs s’y sont fait rares. Cependant, grâce à ces derniers, les hauts de la commune ont conservé un aspect bucolique où il fait bon flâner et profiter du charme des 15 hectares de forêts communales ainsi que des commodités du refuge de Reule, inauguré en 2004. Cette superbe bâtisse en bois rond, belle carte de visite de Jongny, accueille en mai des années impaires anciens et nouveaux habitants autour d’un fameux pot-au-feu. Plus bas, le vignoble règne en maître et la vue sur le bassin lémanique est fort appréciée des promeneurs et hôtes de passage qui s’arrêtent sur la place d’accueil de Chatillon. Si le vignoble occupe 4 hectares du bas du territoire communal, seuls 3500 m2 appartiennent à la commune. Ils sont confiés aux bons soins d’un vigneron-tâcheron dont l’excellence du travail est attestée régulièrement par les évaluations des experts de la Confrérie des Vignerons. A deux ans de la prochaine Fête, Jongny peut donc raisonnablement se prendre à rêver et espérer revivre les heures de gloire de 1977 qui virent le couronnement de 2 vignerons jongnyssois, Paul et Louis Taverney. Mais l’attrait de la commune ne saurait bien entendu se résumer aux activités du secteur primaire ! Au cœur du village, les activités économiques sont diverses et nombreuses. Elles vont de l’ébénisterie à la coiffure, de la sculpture à la kinésiologie, de l’entreprise active dans la gestion de système de contrôle à celle recherchée pour ses compétences en serrurerie-ferronnerie ou en service traiteur. Si l’immense majorité d’entre elles sont des PME de fort petite taille, il n’en va pas de même de l’EMS Etoile du Matin, du restaurant des 3 Suisses et de l’hôtel du Léman. Ce dernier, également centre de formation de la COOP, accueille tout au long de l’année, aux côtés des vacanciers du monde entier, des séminaires destinés tant aux employés de la société bâloise qu’à ceux d’organismes privés. Et pour qui aura eu la chance de suivre l’un ou l’autre des cours qui y sont dispensés, notamment à l’attention des divers responsables communaux du canton, le cadre et les conditions de travail ne manqueront pas de laisser un autre souvenir inoubliable de Jongny.

Projets actuels et futurs : Vision du syndic

Tout comme nombre de communes voisines, Jongny a entrepris la révision de son PGA, un exercice qui, s’ajoutant aux contraintes nouvelles de la LAT, n’a rien d’enthousiasmant, mais qui, s’intégrant dans le cadre du renouveau du projet d’agglomération « Rivelac » devrait permettre de conserver une fort modeste possibilité de développement. En effet, dans ce domaine comme d’autres, Jongny, fidèle à ses habitudes et fière de ses apports, même modestes, ne saurait faire cavalier seul et se fait un honneur à poursuivre et approfondir les nombreuses collaborations qui la lient à ses voisines de la Riviera, du cercle de Corsier en tête. Car s’il est un coin de notre canton où les collaborations intercommunales sont nombreuses, variées et appréciées, c’est bien la Riviera vaudoise et les 10 communes de l’ancien district de Vevey : que l’on parle sécurité avec l’ASR, culture avec le FCR, écoles avec l’ASIC, construction et aménagement du territoire avec la CORAT et le BTI, gestion des eaux avec le SIGE ou équipements d’intérêt régional avec la CIEHL, et la liste est loin d’être close, la régionalisation n’a pas attendu les lourdes et toujours plus insupportables contraintes de la péréquation cantonale, à réformer urgemment, pour concrétiser avec bonheur le principe d’une solidarité librement consentie. En ce début d’année 2018, la quiétude du cœur du village risque d’être quelque peu troublée par le démarrage de deux chantiers d’importance, celui, privé, des Collines de Jongny qui doit permettre d’accueillir à terme quelque 400 nouveaux habitants, et celui plus modeste, mais totalement en main communale, de Praz-de-Crêt, qui verra la réalisation de 3 immeubles à loyers abordables en lieu et place des constructions vétustes actuelles. Autre sujet de préoccupation prioritaire pour la Municipalité, la réalisation prévue dans la planification financière de nouveaux locaux pour la structure d’accueil intercommunale ONDÎNE. Ceci devrait se traduire très rapidement par l’acceptation du nouveau PQ Les Collèges et la construction dans cette zone d’utilité publique, à côté des collèges existants, d’un nouveau bâtiment entièrement voué aux besoins de nos chères petites têtes blondes. Si les autorités sont bien conscientes des enjeux liés à l’entrée en vigueur de la LAJE, elles ne sauraient oublier la question lancinante du vieillissement de la population et plus particulièrement des besoins de ses aînés. C’est ainsi que Jongny, après quelques 16 communes du canton, entend elle aussi se pencher activement sur les problématiques d’isolement et de solitude rencontrées par les seniors et auxquelles les sociétés et les associations locales, aussi actives et généreuses soient-elles, ne peuvent répondre. Par conséquent, la Municipalité aura l’occasion cette année encore, de présenter un préavis relatif à la méthodologie « Village solidaire » et se réjouit de pouvoir compter sur la collaboration des institutions concernées ainsi que sur l’engagement de toutes celles et ceux qui auront à cœur de travailler à la réussite d’un projet fait pour et par nos aînés.

Enfin, et dans un domaine tout autre, la Municipalité réfléchit avec soin aux projets visant à créer et dynamiser un véritable et nouveau centre de village : que ce soit par la réalisation de la future place publique, de l’implantation à Jongny de commerces qui font défaut actuellement, de nouveaux plans de circulation et de stationnement favorisant tant que faire ce peut la mobilité douce et les TP, les pistes ne manquent pas, le temps et les moyens financiers à disposition étant à prendre en considération comme de bien entendu.

Conclusion

Venez découvrir Jongny et, après un bon repas accompagné d’un excellent cru de nos parchets, partez sur les chemins des vignes qui longent le bleu Léman ou allez profiter de la quiétude des chemins forestiers serpentant sur les flancs du Mont-Pèlerin en direction d’Attalens. N’hésitez pas à déranger nos artisans locaux et à leur confier un travail pointu, vous ne serez pas déçu. Vous comprendrez alors rapidement pourquoi si l’on dit qu’il est possible d’arriver par hasard à Jongny, on affirme également que l’on sait fort bien pour quelles raisons on y reste et s’y établit.

Claude Cherbuin, syndic

Les deux collèges

L'ESSENTIEL

Municipalité de gauche à droite : Sansonnens Jean-Luc, Pointet Nicole, Cherbuin Claude (syndic), Taverney Jean-Pierre, Murisier Céline.
Secrétaire municipal:Martin Vincent. Boursier : Kaveh Bijan.
Séance de la municipalité:lundi à 17h.
Conseil communal:45 membres.

Adresses utiles : Greffe: rte de Châtel-St-Denis 38, CP 80, 1805 Jongny.
Heures d’ouverture: lun-mer-jeu-ven : 9h-11h30.
Tél: 021 921 57 69.
E-mail : info@jongny.ch. Sécurité: Police Riviera : tél. 021 966 83 00.
Service du feu: SDIS Riviera : tél. 021 966 84 60. Bureau technique intercommunal : tél. 021 923 05 20.

CE QU'IL FAUT SAVOIR

Syndic: Claude Cherbuin

Nom de la commune: Jongny

Nom des habitants : les JongnyssoisSobriquet des habitants : lè défreguelyi (les déguenillés)

District: Riviera-Pays-d’Enhaut

Surface et altitude : 216 ha et 610 m

Coordonnées géographiques:553290/147025

Communication, voies et moyensd’accès : Transports publics VMCV et TPF – Funiculaire Vevey–Mont-PèlerinNombre d’habitants: 1551

Nombre de ménages: 632

Structure de la population :1152 Suisses et 399 étrangers

Taux d’imposition: 71

Paroisses: Réformée de Chardonne–JongnyCatholique de Chardonne–Jongy– Mont-Pèlerin

Manifestations communales:Sortie des aînés – Goûter des aînés – Pot-au-feu (nouveaux habitants) – Fête nationale du 1er Août – Jeunes citoyens –Fête des vacances (promotion scolaire) – Halloween – Chantée de Noël

Sociétés locales:

voir la liste sur le site :www.jongy.ch

Autres :

Location de salles :Refuge de Reule – Salle polyvalente – Carnotzet communal